Separator

Mercredi 04 Avril 2018 - Ali Darwish

Exposition peintures et dessins

Ali Darwish—  du 14 mars au 06 mai 2018

 

 

Vernissage de l’exposition en présence de l’artiste ce mercredi 04 avril de 18h à 20h : nous vous y attendons!

 

Ali Darwish est né en 1966 à Kirkouk, bastion du kurdistan au nord de l’Irak. Issu d’une famille modeste, pour qui la peinture et le dessin sont « haram », interdits par la religion, il choisit pourtant cette voie très jeune et entre à l’Académie des Beaux Arts.
Après ses études artistiques supérieures, il se consacre d’abord à la peinture et au dessin. Artiste reconnu en Irak où il réalise de nombreuses expositions dès 1980, il s’oriente ensuite vers la caricature engagée et les dessins de presse en dénonçant les guerres qu’a subies son pays, l’islam radical, Daech ou encore les pesanteurs sociales, les injustices et la répression vécues par le peuple kurde.
Menacé de mort par les soldats de Daech, il doit quitter en urgence son pays en 2015.
Le chemin de l’exil long et douloureux le conduit en France en septembre. ll obtient son statut de réfugié politique et après plusieurs lieux d’accueil, il est finalement accueilli en 2016 par l’association Giffoise ARY 91 ( accueil- réfugiés de l’Yvette) qui l’héberge et l’accompagne dans ses démarches administratives. Il peut exercer son art professionnellement en France et a déjà réalisé avec grand succès plusieurs expositions dans la région, notamment à Chevreuse, Gif sur Yvette, Palaiseau et Saint Rémy , à la cathédrale d’ Evry et bientôt à Bures sur Yvette .
Sa peinture expressionniste est un témoignage fort sur son parcours de vie ; des thèmes comme l’exil, la guerre, le génocide, la résistance des femmes peshmergas côtoient des scènes d’espoir, de paix, les colombes et l’amour. Il interroge aussi la modernité et les nouvelles technologies qui secouent la société traditionnelle dans son pays de montagnes
Les fenêtres sont un thème récurrent dans son œuvre, signe d’espoir et l’ouverture.
Tandis que la lumière et le soleil appellent ceux qui souffrent, ceux qui s’aiment.
Il manie aussi bien l’huile, l’aquarelle, le fusain, les techniques mixtes.
Ses dessins réalisés au crayon noir, au stylo bille croquent son environnement, ses obsessions, ses personnages intérieurs, les peurs qui l’habitent, les espoirs qui le portent. « Si je ne dessine pas, je meurs dit-il. »